Nouvelles

 

5 août 2018


L’utilisation de pesticides continue sa progression en France


Voilà des années que le gouvernement français a mis en oeuvre des programmes visant spécifiquement la réduction de la consommation des pesticides (comme par exemple le plan Écophyto en place depuis 2008, la Campagne pour «produire autrement» et le Plan de développement de l’agriculture biologique). Le gouvernement avait même publié en 2013 des chiffres qui ont été contestés indiquant une baisse de la consommation de pesticides en France [lire].


Mais force est de constater que l’utilisation de pesticides continue sa progression en France. Ainsi, les statistiques pour 2016-2017 montrent une augmentation de 12,4% par rapport à 2009, alors que l’objectif spécifique du plan Écophyto était de réduire de 50% l’utilisation des pesticides entre 2008 et 2018. Et il ne sert à rien de se consoler en se disant qu’ailleurs dans le monde c’est pire [lire].




Pourtant la nocivité des pesticides tant pour la santé humaine que pour l’environnement et la biodiversité est bien établie. Les Nations Unies ont même reconnu que la production et l’utilisation des pesticides constituaient une atteinte aux droits à l’alimentation et à la santé [lire]. En France, dès 2013, l’Inserm avertissait sur les risques liés à ces produits hautement toxiques et cancérigènes [lire la synthèse du rapport] et un rapport rédigé récemment sur le sujet par une mission conjointe de sénateurs et de députés dans le cadre des états généraux de l’alimentation est accablant.


Des dizaines, voire des centaines de millions d’euros ont été dépensées en France sans résultat. Cela montre clairement que les mesures mises en oeuvre par le gouvernement ne sont pas suffisantes et qu’il s’agit de créer tout un environnement d’incitation, d’information, de recherche et de vulgarisation permettant d’orienter la production agricole vers des technologies ne requérant pas l’utilisation de pesticides.


Les petites mesurettes isolées  comme par exemple l’interdiction du glyphosate et des néonicotinoïdes, si elles vont dans le bon sens, ne peuvent servir d’outil efficace pour diminuer l’utilisation des pesticides. Ce ne sont là souvent, malheureusement, que des outils de communication pour tenter de rassurer une population de plus en plus inquiète de la qualité et la sécurité des aliments qui lui sont fournis par le système agroalimentaire. Mais leur efficacité réelle, dans un environnement qui encourage une agriculture industrielle et chimique ne peut qu’être minime tout au plus.


—————————————

Pour en savoir davantage :


  1. France Nature Environnement, Pas de surprise : L’usage des pesticides continue d’augmenter en France, Communiqué de Presse, 2018.

  2. Thomas, A., Pesticides en France. Un rapport accablant, mais peu d’ambition, Ouest-France, 2018.

  3. Inserm, Pesticides -  Effets sur la santé, Synthèse et recommandations, INSERM, 2013 .


Sélection d’articles déjà parus sur lafaimexpliquee.org et liés au sujet :


  1. La production et l’utilisation des pesticides : une atteinte aux droits à l’alimentation et à la santé, 2017.

  2. Manger des fruits et des légumes, d’accord. Mais lesquels ? 2017.

  3. Alimentation, environnement et santé, 2014/2017.

  4. Nano-pesticides: chance ou risque supplémentaire ?, 2015.

  5. Pesticides: utilisation en légère baisse en France, 2013.

  6. La diminution de la population d’abeilles menace notre alimentation, 2013.

 

Pour vos commentaires et réactions: lafaimexpl@gmail.com

Dernière actualisation:    août 2018