Nouvelles

 

22 décembre 2017



L’alimentation d’origine marine et le tabac accusés d’être responsables du fort niveau de contamination en métaux des femmes enceintes en France


Le tome 2 des résultats du volet périnatal du programme national de biosurveillance de Santé publique France présente des données préoccupantes sur le niveau de contamination par les métaux des femmes enceintes. C’est le résultat d’une étude portant sur plus de 4000 femmes enceintes en France.


Hormis l’uranium, tous les polluants mesurés - l’aluminium, l’antimoine, l’arsenic total, le cadmium, le césium, le chrome, le cobalt, l’étain, le mercure, le nickel, le plomb, et le vanadium - étaient présents dans les prélèvements biologiques (urine, sang, cheveux, salive, lait maternel etc.) effectuées sur les femmes enceintes étudiées :


  1. « Le plomb et le mercure sont mesurés à des niveaux moindres que ceux mesurés dans le passé en France », ce qui peut probablement être une conséquence de la limitation des rejets et de l’interdiction de l’essence plombée, notamment ;

  2. « Comparé aux autres pays, les femmes enceintes en France sont plus imprégnées au mercure et à l’arsenic. Cela pourrait en partie s’expliquer par des différences de comportements », notamment une forte consommation de produits de la mer, de légumes racines, d’eau du robinet et d’eau embouteillée ;

  3. « Les niveaux d’imprégnation observés par les autres métaux sont du même ordre de grandeur que ceux observés dans des études antérieures. »


Il est important de noter que l’étude montre que « la majorité des polluants étudiés sont présents chez la totalité des femmes enceintes incluses dans l’étude… Les réglementations et les modes de vie ont un impact sur les niveaux d’imprégnation… Sans surprise, l’alimentation est la principale source d’exposition.»



                                        Photo : V, Reay cc


La qualité des produits de la mer est une fois de plus incriminée par les résultats d’enquête, après la crainte suscitée par la présence dans ces produits de la bactérie Listeria monocytogenes qui occasionne la listériose, une maladie qui peut avoir des conséquences graves chez la femme enceinte et le nouveau-né, ainsi que chez les personnes à système immunitaire affaibli. Cette présence avait amené le ministère de la Santé à décourager dès 2015 la consommation de produits crus de la mer.


En 2016, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail, recommandait aux femmes enceintes et aux enfants de moins de 30 mois d'éviter les produits de la mer les plus contaminés par le mercure (requins, espadons, marlins…) et des produits pêchés en Méditerranée dans la zone touchée par la pollution provenant de l’exploitation de la bauxite par Alteo, près de Gardanne [lire]. 


Le programme national de nutrition préconise maintenant de limiter à deux fois par semaine la consommation du poisson en veillant à alterner les gros poissons et les petits poissons. Il faut savoir que la plupart des poissons consommés le plus couramment sont des animaux carnivores qui se trouvent en haut de la chaîne alimentaire et qui par conséquent ont tendance à accumuler les polluant dans le corps.


Il est probable qu’avec l’augmentation attendue de la pollution de la mer, si des mesures fortes de sauvegarde ne sont pas prises, la présence de tels produits dangereux, ainsi que de matière plastique, dans les produits de la mer risque d’augmenter encore à l’avenir.


En attendant, pensez-y à deux fois avant de composer vos menus pour les fêtes de fin d’année !

 

—————————————

Pour en savoir davantage :


  1. S. Mandart, Les femmes enceintes trop exposées aux métaux, Le Monde, édition du 20 décembre 2017

  2. Santé publique France, « Exposition des femmes enceintes aux métaux et métalloïdes » Publication du tome 2 du volet périnatal de biosurveillance, communiqué de presse, 2017

  3. Dereumeaux C et al., Imprégnation des femmes enceintes par les polluants de l'environnement en France en 2011 - Tome 2 : métaux et métalloïdes, Santé publique France, 2017

  4. France Nature Environnement, Boues rouges : pollution mode d’emploi, 2016

  5. Site web de ZEA (Zones écologique autonomes, Colère Rouge, Campagnes, ZEA



Sélection d’articles déjà parus sur lafaimexpliquee.org et liés à ce sujet :


  1. Alimentation-santé : la priorité à l’intérêt public, une recherche indépendante et un nouveau rapport de force, sont les ingrédients indispensables pour refondre nos systèmes alimentaires et les rendre plus sains, 2017

  2. Alimentation, environnement et santé, 2014/2017

 

Pour vos commentaires et réactions: lafaimexpl@gmail.com

Dernière actualisation:    décembre 2017